L’école du chiot



Quoi ? Plus de collier étrangleur, plus de collier à pointes, plus de collier électrique, plus de laisse, plus de contrainte… Une hérésie en éducation canine.

Non, c’est la méthode naturelle. Joseph ORTEGA son «inventeur», en véritable éthologue de terrain, observe depuis des années les loups sauvages en liberté. C’est en voyant comment se passe l’apprentissage entre les louveteaux et les parents qu’il va avoir l’idée de cette méthode, d’où son nom.

II va ensuite réfléchir sur la manière de la mettre en place, en se servant de son expérience d’éducateur de club et d’utilisateur de haut niveau, ainsi que de ses études réalisées en psychologie sur les lois d’apprentissage (en particulier Skinner, aux U.S.A.). Cela va lui permettre de parvenir à quelques grands principes sur lesquels s’articule sa méthode.

  • * Soit, récompenser les comportements intéressants qui apparaissent spontanément pour les fixer (le chiot s’assoit, on dit «assis» et on le félicite… Il apporte quelque chose, on dit «apporte» et on le félicite.
  • * Soit provoquer le comportement qui nous intéresse et le récompenser pour le fixer (je montre la balle, le chiot arrive en courant, je dis « au pied », dès qu’il est là je le récompense en jetant celle-ci).

Dans cette éducation il faut récompenser chaque approximation successive de son comportement, puis il faudra éliminer progressivement les récompenses :

  • * phase systématique,
  • * phase intermittente,
  • * phase aléatoire,
  • * phase différée (situation de concours).

Évidemment cette méthode douce sera copiée partout dans le monde. Née dans les années 1970 en France, elle sera appelée «Positive» aux U.S.A., «Symbiotique» en Hollande, «par le jeu» en Autriche…

C’est à partir de celle-ci que l’on voit naître des variantes comme le Cliquet (cliker training) ou le Targerstick (années 90). Les classes pour chiots ou «maternelles» seront la suite toute logique, de l’esprit «Méthode Naturelle».

Hélas, si Joseph parvient à lancer ce programme dans plusieurs pays, chez nous il se heurte aux rigidités des méthodes classiques, qui datent souvent de la création du premier club en 1906 (Club de Lille fondé par Georges DANNA).

Les années à venir sont celles où l’homme ira à la rencontre des animaux, ils ne seront plus là pour servir et exécuter les ordres, mais pour partager une complicité dans la joie.

Joseph ORTEGA

Plus d’infos sur www.ecole-du-chiot.fr

Share